Le F-15 est il capable de voler seulement avec une aile ?

1 - Introduction
Maintenir le haut niveau de compétence des pilotes de combat aérien est un challenge de tous les jours . La meilleure formation doit être la plus proche possible d'un combat aérien réel, mais tout en gardant des marges de sécurité afin d'éviter la perte d'aéronefs, et surtout des pertes en vie humaines.

Credit : Ra'anan Weiss Collection
Les entrainements de combats aérien de l'IAF sont reconnu pour leurs réalismes, avec des pilotes prêts à atteindre les limites de performances de l'aéronef afin d'avoir à 100%, le dessus sur leurs ennemis.
Malheureusement de nombreux accidents se sont produits lors des entrainements , et ce jusqu'à ce que des mesures soit prisent au début des années 1990.

Nota: Toutes les pertes de F-15 en service à l'IAF, jusqu'à present se sont produite lors de séances d'entrainement et non au combat!

2 - Le F-15 est il capable de voler seulement avec une aile ?
Le premier avertissement sur F-15, pour les pilotes israéliens a eu lieu le 1er mai 1985, et a prouvé que le F-15 pouvait voler avec seulement une seule aile !!!
Cet événement a suscité un réel intérêt dès que les photos de l''ailes du F-15 arrachée furent rendu publique !!!.
Alors que deux F-15 en séance d'entrainement, simulent l'interception de quatre A-4s. L'un des avions (F-15D N ° 957) engage et poursuit deux A-4. Il plonge littéralement pour les engager quand soudainement l'équipage sent une forte secousse.Il suppose qu'ils traverse une turbulence de sillage d'un autre participant de l'exercice mais il s'aperçoive très vite qu'il sont entré en collision  avec un A-4.

Le F-15 plonge en vrille depuis une altitude de 12.000 pieds à un angle de 45 degrés vers le bas et 60 degrés de travers. Une fois que le pilote reconnecte les commandes de vols électriques, il réussi à stabiliser l'avion et à reprendre le contrôle à une altitude de 4.000 pieds.

C'est alors que l'équipage constate qu'une de ses aile a été gravement endommagé. Malgré tout, la fuite de carburant au niveau de la jonction aile / fuselage empêche l'équipage de réellement prendre la mesure de l'étendue des dégâts.
Rejoint par son ailier, le F-15D se dirige vers la piste la plus proche situé sur la base de Ramon et se prépare pour un atterrissage d'urgence.
Le pilote réduit progressivement la vitesse de l'aéronef jusqu'à la limite de décrochage (250 nœuds)
Il touche la piste avec la crosse d'appontage et accroche le premier brin, mais en raison de la vitesse élevée la crosse d'appontage s'arrache de l'avion.
Au 2/3 de la piste la vitesse du F-15 est de 150 nœuds, c'est alors que l'équipage demande à la tour de contrôle de déployer le filet d'arrêt d'urgence situé en bout de piste. Le  F-15 s'arrête finalement à 10 mètre du filet d'arrêt d'urgence.

L'avion endommagé, suite à sa collision effectue des réparations sur une période de deux mois et demi.
C'est le pilote, qui a atterri le F-15D, qui effectue lui même, le vol d'essai.

Lorsque les détails de l'accident furent connu de McDonnell Douglas, leur point de vue est que le vol et l'atterrissage d'un F-15 sans un de ses ailes est aérodynamiquement impossible !!!!

Credit : The "Spearhead" Squadron

Credit : The "Spearhead" Squadron


 Rear view from the above of the extensive damage. Aircraft was towed to a hardened shelter at Ramon AFB.

The pilot Ziv Nedivi and WSO Gal Yeho'ar landing the damaged aircraft (Credit : The "Spearhead" Squadron)