Operation "Tarnegol"

1 - Introduction
L’Opération "Tarnegol" est une opération de l'Armée de l'Air israélienne menée à la veille de la crise de Suez en 1956. Cette opération, consistait à intercepter et détruire un avion de type Iliouchine IL-14 au départ de Damas (Syrie) et transportant une partie de l’état major Egyptien de retour dans leurs pays.

Meteor NF.13 #52 (Credit A.Dor)
2 - Récit
Israël, la France et la Grande-Bretagne se préparent pour le lancement des opérations Kadesh et Mousquetaire. Abdel Hakim Amer, alors ministre de la Défense de l'Egypte et commandant en chef des armées, quitte l'Egypte pour une visite en Jordanie et en Syrie. Le dimanche 28 Octobre 1956, une journée avant le début des opérations, l’agence de renseignement israélienne apprend qu’Amer et tout son état major se retrouveront tous, à bords d’un Iliouchine Il-14 pour un vol de nuit Damas-Le Caire.
Marechal Amer (Credit : Public domain)
A la veille des opérations Kadesh et Mousquetaire, c’est l’occasion pour Israël, de privé l'Egypte d’une partie de son état major, en abattant l’avion.
Pour cette opération, l’aviation Israélienne (IAF) n'a alors en sa possession que 3 avions de combats nocturnes, des NF.13s Meteor. Ces avions furent livrées à Israël peu de temps avant le déclenchement de la crise de Suez (Deux NF.13s de météores sont arrivés en Septembre 1956 et le troisième ont suivi en Octobre).
Le Major Yoash Tsiddon et son navigateur Elyashiv Brosh, tout deux issus de l’escadron119 (The « Bat » Squadron) sont sélectionnés pour effectuer cette mission bien qu’il n’est aucunes expériences d’interceptions de nuit mise à part quelques missions effectuées dans le cadre de leurs entrainements.

Tsiddon and Elyashiv en briefing avant la mission (Credit A.Dor)

A noter : L’escadron 119 qui opère depuis la base de Ramat-David vient juste d’être déclaré opérationnel.

Ce 28 Octobre, tard dans la nuit, une demi-heure après que l'Ilyushin est quitté Damas, Tsiddon et Brosh décollent de la base Ramat-David à bord du Meteor N°52. Ils décollent avec le plein de carburant des réservoirs internes de l’avion en plus de réservoirs externes. Un problème technique les oblige à larguer les réservoirs externes car le carburant ne s'écoule correctement. Suite à cette incident, qui est vite oublié, pour se concentré sur la mission, ils font cap vers l’ouest les amène au dessus de la Méditerranée. A 200 kilomètres (120 miles) au sud de Chypre, le radar de l'avion identifie une cible à trois miles de distance et à une altitude de 10.500 pieds. Tsiddon se rapproche de sa cible, ralenti et effectue des cercles autour de cette dernières afin de l’identifier. Il compte le nombre de hublot, et la forme générale de l’avion. Il identifie clairement ce type d’avion comme étant un Ilyushin Il-14. A travers les Hublots, il peut même identifier clairement des hommes en uniforme militaire. Plus de doute cet avion est la bonne cible !!!


IL-14 (Credit FAS)
Une fois la cible identifiée et l’autorisation de tire donnée par le commandant en chef de l’IAF (commandant Dan Tolkovsky), Tsiddon réduit sa vitesse à environ 414 km par heure (257 mph) pour se mettre en position de tire. A noter que la vitesse de croisière de l'Ilyushin est à peine supérieure à la vitesse de décrochage du Meteor. Tsiddon se glisse alors derrière l’Ilyushin et ouvre le feu, mais ses canons qui sont chargé de balles traçantes, l’aveugle temporairement et lui font perdre sa cible de vue. De plus dès qu’il tire l’avion part en vrille à gauche du fait de sa faible vitesse et de la dissymétrie du tire, en effet un de ses deux canons gauche s’enraille, alors que ses 2 canons de droite sont fonctionnelle.Malgré tout, Tsiddon récupère le contrôle de son Meteor et se repositionne dans les 6 heures de l’Ilyushin IL-14. Tsiddon remarque qu’aucune lumières n’est plus visible aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’avion,
La première salve ayant endommagé le moteur gauche de l'avion, il semble que cela est entrainé une perte totale d’alimentation électrique. Pour le coup de grâce, Tsiddon abaisse ses volets, pour réduire drastiquement sa vitesse, puis il tire une deuxième salve sur l' Ilyushin qui explose en une énorme boule de feu. Tsiddon perd de nouveau le contrôle du Meteor du fait de sa faible vitesse et de la dissymétrie du tir, mais récupère in extrémiste le contrôle à 1000 pieds. Il constate que l’Ilyushin IL-14 se désintègre en heurtant la surface de l’eau.

Tsiddon remonte à 15.000 pieds et se rend compte qu'il est court pétrole. Il rallie alors le terrain d’aviation de Hatzor, base Israélienne la plus proche de sa position. Quelques instant après le touché des roue, le moteur s’éteint par manque de carburant.

Meteor #52 atterrissant sur la base de Hatzor (Credit A.Dor)
3 - Conclusion
Une fois la mission secrète effectuée, il est apparue que la cible principale le Maréchal Amer n'était pas dans l'avions, mais toujours à Damas. Malgré tout le fait de supprimer une partie de l'état major Egyptien se révéla décisif dans la victoire Israélienne lors de l'opération Kadesh.
L'opération, nom de code "Tarnegol", resta secrète pendant plusieurs décennies.